Wallbanger d’Alice Clayton

couv12198017

Titre : Wallbanger

Auteur : Alice Clayton

Editions : J’ai Lu

Année de Sortie : 2016

résumé

Caroline a un fantastique nouvel appart’ à San Francisco, un KitchenAid, mais pas d’O (et on ne parle d’Oprah là hein). Elle a une belle carrière de designer d’intérieur, un bureau qui donne sur la baie, une recette de pain Zucchini à se damner, et toujours pas d’O. Elle a Clive à ses côté (le chat le cool du monde), de supers amis, un super lit, mais pas d’O.

En plus de cette insulte d’être une sans-O, depuis qu’elle a déménagé elle doit se taper la nuitun voisin hyper bruyant, du genre à faire claquer le lit sur le mur. Chaque soupir, fessée et -était-ce vraiment un miaulement ?- lui rappelle que non seulement elle ne dort plus, mais qu’en plus, vous avez compris, elle n’a toujours pas d’O.

Entre alors en scène Simon Parker (non vraiment Simon entre, je t’en prie). Lorsque les murs tremblants menacent de pratiquement la faire tomber de son lit, Caroline, drapée de sa frustration sexuelle et d’une petite nuisette rose fait face à son voisin tant-entendu-mais-jamais-vu. Leur rencontre nocturne dans le couloir, aura, eh bien, des conséquences diverses. Hmmm… Avec des murs aussi fins, la tension sera palpable…

Mon-avis

Cela faisait un petit moment que j’attendais la sortie de ce livre et je n’ai pas mis longtemps à me décider pour me plonger dedans si bien que je me suis retrouvée dans la même posture que notre héroïne principale , j’ai eu une nuit agitée , la cause? une addiction à l’histoire et oui , quand j’ai été me coucher , il était 23h00 une chose comme ça et je me suis mise à lire jusqu’au moment où j’ai eu le malheur de regarder mon réveil et que j’ai vu 2h00 du mat’ s’afficher sur l’écran et là j’ai fait WHAT? donc vous avez compris que l’histoire est loin d’être monotone pour m’avoir ainsi absorber.

Nous débutons notre récit en compagnie de Caroline qui vient d’emménager dans son nouvel appartement , tout à l’air parfait , elle a des amies géniales , un boulot qu’elle adore mais le seul soucis qui semble gâcher son petit bonheur c’est son voisin qui a l’inconvénient de cogner le mur quand il fait l’amour , ce qui pourrait paraître drôle au départ devient vite cauchemardesque puisque la pauvre Caroline n’en ferme plus l’oeil de la nuit tout en se prenant le tableau accroché à son mur sur la tête. Une nuit , elle craque et va frapper à la porte de son voisin pour qu’il cesse de s’exprimer trop librement avec ses partenaires sexuelles. Au début sur leurs gardes , ils vont peu à peu apprendre à se connaître et deviendront inséparables.

Tout d’abord , je tiens à souligner que l’auteur est une drôlerie pas possible , je me suis éclatée par les réflexions rentre dedans des personnages , les jeux de mots , les taquineries qui font monter doucement mais sûrement la tension sexuelle déjà bien présente chez nos protagonistes mais aussi cette tendresse que nous ressentons chez Simon (notre cogneur de murs) , malgré que son statut de tombeur et son physique à faire voler les petites culottes ne soit plus à prouver , il possède un côté terriblement attachant qui nous pousse instinctivement vers lui et son aspect « bête de sexe » passe rapidement en second plan pour laisser place à un homme qui se révèle à quelque chose de plus vrai et de plus concret que le train de vie qu’il affectionnait alors.

Quand à Caroline , c’est une femme que j’ai adoré , elle est enjouée , drôle avec un caractère bien trempée mais assez fragile en fin de compte , elle mène une vie assez indépendante et est toujours à la recherche de Monsieur O. ( O pour orgasme , vous l’aurez compris 🙂 ) qu’elle a perdue à cause d’un homme pas très douée sexuellement parlant et dans tous les sens du terme par la même occasion. Elle possède aussi un chat possessif dont Simon en fera les frais , oui fous rires garantis.

Une histoire où l’humour est roi et qui nous capture dans ses filets , l’auteur est un peu sadique car elle attend vraiment le dernier moment pour nous donner ce que nous attendons depuis le début du livre pour au final se lâcher à la fin , vous en avez voulu ben vous en voilà ! J’ai aussi beaucoup aimé le changement de style de l’auteur , nous passons d’un style d’écriture classique à un style de conversations par textos , pour passer directement dans les pensées des personnages , elle jongle ainsi habilement de l’un à l’autre sans que cela gène notre lecture. La fin est bien sûr prévisible mais j’ai passé un merveilleux moment de lecture.

5 sur 5

Publicités

2 réflexions sur “Wallbanger d’Alice Clayton

  1. Je suis d’accord avec toi ce livre est vraiment top même si je suis déçue pour la fin. Elle change de toute ce que l’on peut lire ajd, elle ne donne pas ce que l’on veut et priorise la relation et les merveilleux moment à tout ce qui est charnelle. J’ai trouvé ca limite To much à la fin 😦
    Mais super livre, un remède magique contre la déprime ! ^^
    Bonne journée

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s