Ma PAL d’Automne 2017

pal automne

L’automne est arrivée avec les petites joies qui accompagnent cette saison ; bougies , boissons chaudes et lire un bon livre sous une couverture en pilou sans compter toutes les belles couleurs que la nature va nous apporter. ☕️🕯📚

Hier soir , je me penchais sur ma PAL en me demandant ce que je pourrais bien lire pendant cette belle saison. 🤔 La voici :

couv66446714Résumé : 🤠

Suite à une rupture, Elisabeth quitte New York pour les étendues sauvages du Montana. Elle a accepté de renoncer à un brillant avenir de chirurgienne pour travailler avec Marc, un ami rencontré à la fac de médecine. Sensible au charme de la campagne, Elisabeth souffre malgré tout de la solitude. Le hasard met sur ses pas John Connally, séduisant cowboy qui reste très mystérieux sur son passé… Les somptueux paysages du Montana sauront-ils offrir à l’une comme à l’autre la chance d’un nouveau départ ?

 

juin7

Résumé : 🕍

1849. Le petit village de Saint-Germain-de-Montbron accueille son nouveau curé, Roland Charvaz, humble vicaire. Son prédécesseur, le père Bisette, a quitté la paroisse après la conduite trop familière de Mathilde de Salignac, la jolie épouse du docteur. Toujours en quête de passion, celle-ci se rapproche sans tarder du jeune curé au tempérament de séducteur. À l’insu de tous, les deux amants se lancent dans une liaison torride. Mais Mathilde commet l’erreur d’engager une servante pour le presbytère. Quand celle-ci menace le couple de tout révéler au mari trompé, elle ne sait pas que Roland et Mathilde sont prêts à tout pour sauver leur honneur. Quand la femme décède, c’est le début d’une longue enquête et d’un procès mouvementé.

 

couv30263852Résumé : 🎩

Georges Duroy, dit Bel-Ami, est un jeune homme au physique avantageux. Le hasard d’une rencontre le met sur la voie de l’ascension sociale. Malgré sa vulgarité et son ignorance, cet arriviste parvient au sommet par l’intermédiaire de ses maîtresses et du journalisme. Cinq héroïnes vont tour à tour l’initier aux mystères du métier, aux secrets de la mondanité et lui assurer la réussite qu’il espère. Dans cette société parisienne en pleine expansion capitaliste et coloniale, que Maupassant dénonce avec force parce qu’il la connaît bien, les femmes éduquent, conseillent, œuvrent dans l’ombre. La presse, la politique, la finance s’entremêlent. Mais derrière les combines politiques et financières, l’érotisme intéressé, la mort est là qui veille, et avec elle, l’angoisse que chacun porte au fond de lui-même.

 

couv73910632

Résumé : 🎃

Sunnydale est décidément un endroit charmant ! On y raconte qu’à Halloween, quand il pleut, un épouvantail gorgé d’eau prend vie et s’attaque à tous ceux qui croisent son chemin. Alex et Willow, les meilleurs amis de Buffy, ont toujours refusé de croire à cette histoire, mais depuis qu’ils connaissent Buffy, ils ne sont plus si sûrs d’eux… Tiens, tiens… mais on dirait qu’il commence à pleuvoir !

 

 

Rcouv27056371.gifésumé : 🌲

Dans le monde de Marie, il y a des vérités simples.
Les Soeurs savent toujours le mieux.
Les Gardiens protègent et servent.
Les Damnés, revenus de la mort, ne renonceront jamais.
Et il faut se méfier de la clôture qui entoure le village.
La clôture qui les sépare de la Forêt des Damnés.
Mais lentement, les vérités de Marie s’effondrent et son monde est plongé dans le chaos.
Elle doit faire face à la vérité de la Forêt des Damnés.
Se pourrait-il qu’il y ait de la vie dans ce monde dévoré par la mort ?

 

couv54566090

Résumé : 🕵️

Une équipe d’archéologues massacrée en pleine jungle amazonienne…
Les caisses contenant leurs découvertes acheminées au Muséum d’histoire naturelle de New York… et oubliées dans un sous-sol. Meurtres au Muséum d’histoire naturelle de New York. Quelques années plus tard, le musée annonce une exposition consacrée aux superstitions et croyances mystérieuses des peuples primitifs. Mais les préparatifs sont troublés par une série de crimes aussi sanglants qu’inexplicables.
Le criminel : un homme ou une entité inconnue ? Une menace terrifiante hante les couloirs et les salles du Muséum, un meurtrier d’une force et d’une férocité inouïes. On parle même d’un monstre. De quoi éveiller la curiosité d’Aloysius Pendergast, du FBI, expert en crimes rituels…

 

couv5622463Résumé : ⚖️

Atteint d’un cancer incurable, un riche propriétaire terrien du Mississippi, Seth Hubbard se pend à la branche d’un sycomore après avoir rédigé un testament dans lequel il déshérite ses enfants et lègue toute sa fortune à Lettie Lang, sa femme de ménage noire. L’avocat Jake Brigance est chargé de cette succession. Mais nous sommes à la fin des années 1980, et le conflit juridique qui va opposer la famille et la domestique est aussi brutal et dramatique que le procès pour meurtre qui avait exacerbé les tensions raciales dans le comté de Ford, trois ans auparavant. Un superbe roman où le déchaînement des passions humaines ouvre le chemin d’une possible rédemption.

 

juin8

Résumé : 🏚

1995, Béatrice et Marc Lange s’installent avec leurs deux enfants, Grégor et Abigaël, dans le somptueux manoir des O’Connor. Inhabitée depuis la Seconde Guerre mondiale, la demeure fut à l’époque le théâtre d’un terrible drame.
Béatrice est traversée par d’étranges sensations depuis sa première visite au manoir, mais elle refuse d’assombrir la joie de son mari. Pourtant dès le déménagement, de curieux phénomènes se manifestent. Est-ce le passé qui se rappelle à l’ordre ? L’arrivée de la famille Lange sur ces lieux est-elle vraiment le fruit du hasard ?

 

couv63736758

Résumé : 💞

Delilah Blue n’a d’yeux que pour Gavin. Le regard ténébreux et la silhouette toujours parée de noir, le garçon a l’air de sortir tout droit de l’univers sombre et – il faut l’avouer – franchement tordu de ses dessins. Tout chez lui est bizarre, jusqu’à la vieille bâtisse dans laquelle il vit, qui donne une sorte de cachet inquiétant à leur petite ville. Lorsque Gavin décide d’emmener Delilah chez lui, un privilège exceptionnel, elle découvre avec stupeur que les lieux semblent capables de communiquer. Cheminée, par exemple, allume sur demande son propre feu. Lit s’agrandit selon les exigences de Gavin, et Piano lui a appris à jouer lorsqu’il était petit… Très vite, Delilah va comprendre que ce qui vit ici n’est pas humain…À quel prix gagnera-t-elle le droit d’aimer le propriétaire de ces lieux tourmentés ?

 

couv3651274Résumé : 🔪

Belles, jeunes et blondes : elles sont condamnées à mourir.

Lors d’une soirée donnée dans une luxueuse propriété de Baltimore, Crystal Jones, une jeune et jolie étudiante, est retrouvée sauvagement assassinée dans la remise au fond du parc. Pour ce meurtre, Ramon Muñoz, le jardinier qui travaillait dans le domaine, est condamné à perpétuité. Six ans plus tard, Paige Holden, détective privée, décide de se plonger dans le dossier pour tenter de faire rouvrir l’enquête, et prouver l’innocence de cet homme qui, elle en est persuadée, a été injustement condamné. Le seul indice concret dont elle dispose : la clé USB que la femme de Ramon Muñoz a réussi à lui donner avant d’être abattue devant elle, et qui contient des photos remettant en cause les conclusions de l’enquête. Comme si on avait voulu faire accuser cet homme… Mais pour protéger qui ? La seule aide sur laquelle Paige puisse compter est celle de Grayson Smith, le procureur qui a fait condamner Ramon Muñoz, et qui, lui aussi, doute aujourd’hui de la culpabilité de celui qu’il a envoyé derrière les barreaux. Bientôt, tous deux vont se retrouver sur la piste d’un meurtrier diabolique, obsessionnel, à la fois invisible et tout-puissant…

 

couv52892490

Résumé : ☂️

Midwest 2009. Un salon de l’emploi. Dans l’aube glacée, des centaine de chômeurs en quête d’un job font la queue. Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s’est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces. Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l’ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris.

 

Voici donc pour ma PAL d’automne , n’hésitez pas à partager la vôtre , ça me donnera peut-être envie de rajouter vos livres à ma PAL 😘

 

Publicités

Après Séance : CA de Stephen King

333222

Avant hier soir , j’ai été à l’avant première de CA et ça été l’occasion pour moi de venger la petite fille traumatisée que j’ai été. Le challenge de vaincre définitivement ma peur des clowns a été brillamment relevé même si j’avoue qu’il ne faudrait quand même pas que j’en croise dans la rue. La première adaptation du célèbre livre de Stephen King sorti en 1990 a été responsable d’une de mes plus grandes peurs d’enfance même si je l’avoue , je l’ai un peu cherché à l’époque. A 7 ans , j’ai fais un gros caprice à ma mère pour le regarder et l’ayant tellement poussée à bout , elle m’a laissé le regarder plus par punition que par renoncement car elle savait , comme toute maman , que ce n’était pas un film pour moi. BOOM , sanction immédiate , traumatisée pendant 20 ans.

Ce qui me rassure , c’est qu’apparemment , je ne suis pas un cas isolé , vu que dans la salle , 90% du public était de ma génération. N’ayant pas encore lu le livre , je vais uniquement parler du remake en comparant avec la première adaptation de temps en temps , attention risque de petits spoils.

pennywise-1280-1495221482658_400w

Synopsis:

À Derry, dans le Maine, sept gamins ayant du mal à s’intégrer se sont regroupés au sein du « Club des Ratés ». Rejetés par leurs camarades, ils sont les cibles favorites des gros durs de l’école. Ils ont aussi en commun d’avoir éprouvé leur plus grande terreur face à un terrible prédateur métamorphe qu’ils appellent « Ça »…
Car depuis toujours, Derry est en proie à une créature qui émerge des égouts tous les 27 ans pour se nourrir des terreurs de ses victimes de choix : les enfants. Bien décidés à rester soudés, les Ratés tentent de surmonter leurs peurs pour enrayer un nouveau cycle meurtrier. Un cycle qui a commencé un jour de pluie lorsqu’un petit garçon poursuivant son bateau en papier s’est retrouvé face-à-face avec le Clown Grippe-Sou …

Dès le départ , le pari était risqué pour le réalisateur Andy Muschietti. En effet , s’attaquer à un monument comme celui-ci , relevé de la roulette russe. Au final , il a réussi à faire un remake plus que réussi pour ma part en créant un film bien à part de la première adaptation du célèbre roman de Stephen King. Le choix des acteurs est excellent , tout particulièrement le gosse qui joue Bill que j’ai trouvé d’une justesse incroyable. Le clown est très réussi même si il me fait un peu penser au petit frère ou au fils du vrai Grippe-Sou.

ca1

J’ai trouvé les scènes du film plus dures quand dans la première version , le clown ne se contente pas de faire des blagues et de se marrer comme une baleine juste après vous avoir fait peur comme le premier clown ; non , là , point de blagues , point de fou rires , il vous poursuit et ne vous lâche plus. Même les scènes qui servent à « détendre » l’atmosphère en deviennent oppressantes. Seul bémol que je pourrais reprocher au clown , c’est sa voix que j’aurai aimé plus terrifiante , plus désincarnée mais quelques effets restent très bons et nous fait passer outre ce léger détail. L’acteur qui joue le clown est à fond dans son rôle et je tiens à lui tirer mon chapeau pour son investissement étant donné la pression qu’il a dû porter sur ses épaules , en effet , passer après Tim Curry n’était pas chose aisée.It_09162016_Day 57_16310.dng

Quand aux personnages des gamins , je ne serai peut-être un petit peu plus mitigée , comme je l’ai dit plus haut , l’acteur qui joue Bill est formidable , il a su donner vie à son personnage en le rendant déterminer et émouvant à la fois , bravo à lui. L’actrice jouant Beverly est excellente aussi , j’ai beaucoup aimé le rendu de son travail , elle a respecté le personnage tout en lui donnant un plus.

ITCelui qui incarne Ben joue très bien aussi , il a beaucoup plus d’importance comparé à la première version où il faisait que l’amoureux transit. Le personnage de Ritchie reste égal à lui-même même si je préfère celui de la première adaptation. Dans le remake , les blagues retombent assez vite et son langage fleuri devient un peu ennuyant à la longue. Quand aux autres , j’ai trouvé qu’ils n’étaient pas indispensable à l’histoire , Eddie n’arrive pas à la cheville du premier , à toujours avoir peur des maladies , ça a en devient un peu lourd à la fin , Stan est aussi transparent que dans la première version mais le personnage est respecté quand à Mike , le rôle qu’il incarné est repris par Ben , ceux qui ont vu la première version comprendront ce que je veux dire. En définitif , même si j’ai adoré le nouveau Bill et que j’ai bien aimé la nouvelle Beverly , je préfère quand même la première adaptation pour les gamins. Le réalisateur n’a pas assez approfondi et développé quelques personnages et ça se ressent.It_08172016_Day 36_9117.dng

Par contre , j’aimerai revenir sur un point qui pour moi à son importance et qui est mieux réussi dans le remake que dans la première version , il s’agit du lien qui unis les enfants. Dans la première adaptation , on ressent bien qu’ils sont plus forts ensemble mais dans le remake , le réalisateur a vraiment mis le doigt dessus comme avec la scène où ils se font la promesse de revenir si Grippe-Sou n’est pas mort , dans le remake , c’est une promesse qu’ils font dans le sang alors que dans la première version , ils se contentent juste que de se serrer dans les bras ou encore dans une autre scène où ils affrontent le clown , ils font vraiment front tous ensemble , le message est fort.

It_03192017_Day 61_18998.dng

Ce que j’ai trouvé de judicieux de la part du réalisateur , c’est d’avoir choisi des scènes différentes de la première version tout en respectant les grandes lignes de l’histoire. La seule chose que je trouve dommage , c’est son choix de dérouler son film dans les années 80 alors que dans la véritable histoire , cela se passe dans les années 60. Mais là , encore il n’y a pas mort d’homme. Il a su également ponctuer son film entre terreur , humour et émotion comme la scène entre Bill et Georgie qui a failli me tirer une larme ou encore quand il retrouve le vêtement de son petit frère et qui réalise qu’il est mort , qu’il ne reviendra pas. L’émotion manquait à la première version , dans son remake , le réalisateur en a mis la juste dose.ca7

Autre point que je voudrais traiter , c’est les personnages secondaires ; le réalisateur a étonnamment bien développé Henry Bowers , alors que dans la première version , il se cantonnait à la figure de petite brute de l’école , là au contraire , il passe au statut supérieur mais surtout nous comprenons enfin pourquoi. Et ça m’emmène à vous parler des adultes de Derry , adultes qui pour moi sont tous au courant que tous les 27/30 ans , un massacre d’enfants se fait ; mon homme pense que Grippe-Sou serait un dieu païen qui en échange d’une prospérité dans la petite ville de Derry , viendrait se payer de la chaire et de la peur de leurs enfants. Pour moi , c’est une théorie qui tient la route. Et vous , qu’en pensez-vous???

It_08312016_Day 46_11374.dngDernier point qui pour moi à sa petite importance , c’est le choix de la musique du film , dans la première version , la musique choisie était tellement flippante qu’encore aujourd’hui , elle suffit à me rendre mal à l’aise alors que pour le remake , aucune musique qui a vraiment retenue mon attention , par contre , je trouve ça dommage. Pas de « Main Theme » qui nous fera frissonner. Mais là encore , je pardonne tant l’aspect visuel du film est pour moi parfait.

En conclusion , le pari est réussi haut la main , malgré quelques défauts minimes , j’ai adoré et j’ai vraiment hâte de voir la seconde partie.

Même si aujourd’hui , je peux dire que je n’ai plus peur des clowns , il restera toujours en moi , une partie qui regardera encore dans les bouches d’égouts ou qui sursautera à quelques bruits dans les tuyaux ou encore qui jettera un coup d’œil à l’évacuation du lavabo ou de la douche.

Le premier Grippe-Sou a traumatisé une génération entière , le nouveau traumatisera t-il la suivante???

original

 

TAG #2 : Mes habitudes de Lecture

mes

Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait de tag et j’avoue que ça me manquait un peu. Ca sera le deuxième que je fais sur ce site et je dois dire que je n’ai pas choisi le plus récent. En effet , ce tag , je pense que vous le connaissez tous et toutes , il s’agit de « Mes habitudes de Lecture ». J’ai découvert ce tag , il y a quelques années sur Booktube sur la chaîne de Margaud Liseuse , il me semble et je l’avais trouvé plutôt cool , c’est pourquoi aujourd’hui , je vous livre mes petites habitudes de lectrice… C’est parti!!!

 

1. Est-ce que tu as un endroit préféré chez toi pour lire ?

– Pas particulièrement , je peux très bien lire aussi bien dans mon lit que sur mon canapé , avec je l’avoue , peut-être une petite préférence pour le canapé. J’en profite pour lire tranquillement pendant que mon homme joue à Zelda (en ce moment , il est à fond dedans lol). Je pose mes pieds sur lui et nous sommes chacun absorbés par nos loisirs pendant une heure ou deux après c’est le moment de regarder une série ou un film où nous nous retrouvons tranquille tout les deux. Par contre , j’ai horreur de lire quand je prends un bain , je peux tellement être maladroite que je serai capable de faire tomber mon livre dans l’eau. Et là , entre cri , épouvante et horreur , ça serait le drame.

2. Marque-page ou n’importe quel morceau de papier ?

– Je suis passée par tout et n’importe quoi , une carte postale , un morceau de papier et effectivement un beau marque page en forme de plume que ma maman m’avait offert quand je devais avoir 14 ans. En ce moment , c’est un post-it où mon homme m’a écrit « je t’aime ma princesse ». Mais dans un avenir proche , je pense m’acheter un beau marque page , ça fait quand même plus joli.

3. Est-ce que tu peux t’arrêter de lire n’importe où dans le livre ou dois-tu attendre la fin d’un chapitre ?

En règle général , je dois impérativement m’arrêter à la fin d’un chapitre , je trouve ça mieux. Mais en ce moment , comme je lis du Stephen King et que les chapitres chez cet auteur peuvent être vraiment très longs , je m’arrête à la fin d’une page , ça me permet quand même de m’y retrouver. Mais ma préférence reste la fin d’un chapitre.

4. Est-ce tu manges ou bois quand tu lis ?

– Rarement. De temps en temps , j’aime bien me faire un thé ou un café mais je suis tellement prise dans mon livre que la plupart du temps , ça refroidit. Par contre , je ne mange pas , une tâche sur un livre est vite arrivée et comme tous les lecteurs , j’aimerai éviter de salir mes livres bien évidemment.

5. Multi-tâches: musique ou télévision en lisant ?

– Il fût une époque où je devais être dans le silence complet quand je lisais , maintenant la télé ne me dérange pas à condition bien sûr que le son ne soit pas trop élevé non plus. Par contre , pas de musique.

6. Un livre à la fois ou plusieurs ?

– Toujours un livre à la fois , je préfère m’investir à fond dans une histoire et partager de vrais moments avec les personnages plutôt que de lire plusieurs livres en même temps où j’aurai du mal à créer des liens avec eux.

7. Lire à la maison ou ailleurs ?

Il peut m’arriver de lire dans une salle d’attente chez le médecin mais entre les va et viens , les gosses qui ne sont pas toujours discrets , ça reste assez rare. Dans les transports en commun , j’en parle même pas , je resterai toujours admirative des gens qui sont capable de lire , parfois debout dans un brouhaha à faire hurler les morts. Donc , je dirai lire à la maison , ça reste quand même plus confortable.

 8. Lis-tu à voix haute ou en silence dans ta tête ?

– Je ne vois pas l’intérêt de lire à voix haute , je préfère lire dans ma tête même si parfois , j’aime lire quelques passages à mon homme quand un passage m’a fait rire ou quand je trouve qu’une phrase ou deux est belle ou encore quand l’auteur me surprend avec un style subtil comme cela m’est arrivé dernièrement.

9. Est-ce qu’il t’arrive de sauter des pages ou même de jeter un coup d’œil plus loin dans le livre ?

– Jamais , quel intérêt de vouloir aller à toute vitesse ou à essayer de se spoiler sauf si un livre devient ennuyant dans ce cas-là , je conseillerai plutôt d’abandonner l’histoire.

10. Casser la tranche ou la garder intacte ?

– Alors , vu que je suis hyper maniaque avec mes livres , vous pensez bien que je fais tout pour garder la tranche intacte et c’est pour ça , d’ailleurs que j’ai tant de mal à prêter mes livres et quand je le fais , c’est avec mille recommandations.

11. Est-ce que tu écris dans tes livres ?

– Certainement pas! Si je dois prendre des notes , je le fais dans un carnet.

 

J’espère que ce petit tag vous aura plu , n’hésitez pas à répondre vous aussi , j’irai vous lire avec plaisir. Si vous l’avez déjà fait , mettez moi le lien de votre article ou vidéo et j’irai voir ça.

 

Le club des héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux d’Emily Blaine

juin4

Titre : Le club des héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux

Auteur : Emily Blaine

Editions : Harlequin

Année de Sortie : 2016

 

résumé

Des femmes d’aujourd’hui qui savent ce qu’elles veulent : vivre un amour vrai et intense !

C’est le cas des héroïnes de Passion sous contrat, Une nuit dans tes étoiles et Ma vie sous tes étoiles, des femmes indépendantes et volontaires, qui revendiquent leur droit au bonheur. Et pour cela, elles sont prêtes à tout, et surtout à :

* Accepter une mutation pour devenir l’assistante personnelle d’un PDG aussi sexy que troublant
* Se laisser porter par la magie d’une rencontre dans un aéroport et succomber à un bel inconnu
* Envisager de tout plaquer pour tenter une histoire d’amour avec son amant d’une nuit

Mon-avis

 

Il y a quelques jours , j’ai publié un article où je m’épanchais sur la romance et sur mes difficultés à en lire aujourd’hui donc pas évident de vous proposer une chronique sans avoir envie de sortir plus les défauts que les qualités du livre. Mais étant donné que j’adore Emily Blaine et qu’elle fait partie de mes auteurs préférés , je tâcherai de tirer les mots justes sur son livre.

Tout d’abord , le livre contient trois petites histoires dont deux sont reliées l’une à l’autre. La première nous conte les péripéties d’une jeune femme qui se voit offrir un changement de poste où elle sera l’assistante d’un PDG qui sait ce qu’il veut et au caractère pas toujours évident. Au fur et à mesure , elle s’aperçoit qu’il n’est pas aussi implacable qu’il veut le faire paraître et en tombera amoureuse en dépit des mises en garde de sa meilleure amie. Cette première histoire est celle que j’ai préféré , il y a pas mal de péripéties , les personnages ont de la poigne même si je trouve que l’héroïne cède beaucoup trop facilement mais nous retrouvons l’humour qui caractérise Emily Blaine. Ca sauve un peu le tout.

Pour la seconde histoire , nous nous trouvons coincés dans un aéroport en pleine tempête où nous allons rencontrer le beau Mark et sa petite fille Elizabeth. Notre héroïne qui se trouve à un croisement de sa vie va se sentir irrévocablement attirée par ce père de famille aimant. A la suite d’un moment de complicité inédit , elle décide d’offrir l’hospitalité à Mark et sa fille à l’hôtel où elle travaille. De là , se produira la magie de l’amour…  Une petite histoire sympathique mais malheureusement prévisible. Même si Mark requière toutes les qualités de l’homme idéal et que sa petite fille est adorable , je n’ai pas réussie à vraiment m’investir , mais je pense que cela vient aussi de la lassitude que je ressens en lisant de la romance en ce moment. D’ordinaire , je serai , je pense , rentrée dedans sans difficultés.

Vient ensuite la troisième et dernière histoire qui est tout simplement une suite de la seconde. Pour éviter de vous spoiler , je vais passer directement à mon avis. Et encore une fois , cela reste prévisible. Les scènes un peu hot qui d’habitude m’amusent beaucoup m’ont ennuyés , les personnages restent sympa mais sans plus , il n’y a que l’humour de l’auteur dont je ne me lasse pas.

Pour conclure , ça ne sera pas mon livre préféré d’Emily Blaine. Même si je pense que ceux et celles qui adorent la romance et qui ne s’en lasse pas trouveront leurs comptes. Ce n’est pas un livre forcément ennuyant , ça reste de la romance classique. J’aurai aimé un peu plus de drame et de réelles implications des personnages à se battre pour avoir ce qu’ils veulent , là ça donne plutôt l’impression d’avoir tout , tout de suite , ça reste malheureusement un peu plat.

3 sur 5

La romance de trop?

large

La vie d’une lectrice peut changer et ses envies aussi. C’est pourquoi , j’écris cet article aujourd’hui. Cela fait quelques jours que j’ai terminé ma énième romance qui s’intitule « Le club des héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux » d’Emily Blaine et en sortant de ma lecture , j’ai ressenti pour la première fois une grosse lassitude de ce genre littéraire. C’est pas que le livre est déplaisant mais c’est toujours le même schéma reproduit et je crois que je suis venue à bout de ce style , si bien que je me suis surprise à lever les yeux au ciel plus d’une fois lors de ma lecture.

J’ai alors commencé à me poser la question du pourquoi cette soudaine lassitude alors qu’il y a encore quelques mois , je raffolais de tout cet écoulement de tendresse. Et je pense avoir trouvé. Pour moi , on ne lit jamais un livre par hasard , on a souvent des affinités avec un genre littéraire. Je me suis mise à lire assidument de la romance quand je suis devenue célibataire , il y a presque deux ans. Pendant cette période , j’ai manqué d’amour , de tendresse et étant déçue des hommes en général , j’ai perdue confiance en moi en me disant que je trouverai jamais mon homme idéal dans la vraie vie alors j’ai été le chercher dans les livres , j’ai pioché ce qui manquait dans ma vie dans les livres.

large

Jusqu’à ce soir d’avril dernier , où j’ai rencontré l’homme qui partage ma vie aujourd’hui. J’ai ENFIN trouvé MON HOMME IDEAL. Plus j’apprenais à le connaître et plus il réunissait tout ce que je cherchais chez un homme si bien que je me suis même demandée si il le faisait pas exprès… Les jours passaient et je ne ressentais plus le besoin de m’enfermer dans un bouquin pour pouvoir m’évader et ressentir de l’amour de la part d’un homme virtuel. Je VIVAIS les histoires que je lisais , je VIS le genre d’amour que je recherchais dans mes livres…

Et quand , j’ai remis le nez dans ma bibliothèque (parce que oui , la lecture est toujours un plaisir pour moi) , j’ai pris naturellement une romance parce que , premièrement , j’en ai beaucoup (trop?!) , et deuxièmement parce que , j’en avait pris l’habitude. Et c’est comme ça , que je me suis rendue compte , que je n’avais plus besoin de lire de la romance , que ce genre littéraire ne m’apporte plus rien aujourd’hui. Je continuerai bien sûr à en lire car il faut bien les lire mais je porterai un autre regard sur les pages que je lirai.

Pour finir avec ce coté personnel du sujet , j’aimerai aborder le problème de la romance littéraire d’un œil neuf. Le problème , comme je le disais plus haut est que c’est toujours le même schéma : Une femme tombe amoureuse d’un salaud qui s’avère être un homme brisé , la guerre au début puis vient l’amour passionnel pour enchaîner avec la déception qui emmène de nouveau la guerre et on finit avec la réconciliation où tout est bien qui finit bien. Du moins , dans la plupart des romans de ce genre , ça se passe comme ça. Nous avons de temps à autre des variantes mais nous sommes jamais loin de ces grandes lignes.

http___mashable.com_wp-content_gallery_book-lovers_uncle-fester

On en lit une , puis deux , puis des dizaines et c’est l’overdose. Plus de surprises , ça devient prévisible. Bien sûr , on pourrait , je pense , dire la même chose sur les autres genres littéraires , c’est pour ça , que le mieux pour moi , c’est de varier un maximum ses lectures afin de ne pas tomber dans une routine où comme moi , vous finirait par lever les yeux au ciel.

Dites moi , si vous aussi , vous avez rencontré ce genre de problème , ce que vous pensez des romances. Cela sera avec grand plaisir d’échanger avec vous. Je vous remercie de m’avoir lu et vous fait mille bisous.

Cet article est dédié à l’homme de ma vie , tu incarnes formidablement le rôle de l’homme parfait de l’histoire de ma vie….

girl-reading-book-animation-21

 

C’est la rentrée!

large

Pour beaucoup de personnes , la rentrée a déjà eu lieu mais il y a toujours des petits retardateurs ou des chanceux qui peuvent profiter de quelques jours supplémentaires. Pour ma part , je ne parle pas forcément de vacances mais plutôt de remise en question surtout en ce qui concerne la suite de ce site.

Ca fait quelques mois que je me cherche , que je me sens trop limité sur le contenu que je propose. Alors , il est vrai qu’une de mes passions premières reste les livres , j’aime autant m’évader en incarnant les personnages de mes livres mais comme beaucoup , j’ai aussi d’autres passions comme la musique qui tient également une grande place dans ma vie et naturellement c’est aussi quelque chose que j’aimerai partager avec vous , même si mon style musical , j’en conviens ne rentre pas forcément dans les goûts de chacun mais ça sera peut-être l’objet d’un prochain article.

J’aimerai aussi pouvoir blablater de n’importe quel sujet qui ne serait pas forcément en rapport avec les livres mais ça reste difficile quand votre site est un site littéraire à la base. C’est pourquoi , j’ai pensé créer un autre site regroupant toutes ces idées pour pouvoir me diversifier mais à quoi bon , si je peux créer d’autres sections sur ce site où je pourrai m’épanouir , après libre à vous , bien sûr de voir si cela vous intéresse.

Tout ça pour dire que je pense continuer à réfléchir sur l’avenir de ce site , vais-je changer le nom du site ou juste ajouter des parties correspondantes à mes envies? Je ne sais pas encore… Mais vous pouvez aussi m’aider en me donnant votre avis , vos idées en tout genre.

En définitif , vous l’aurez compris , il va y avoir du changement. En même temps , c’est le mois de la rentrée , je pense qu’il n’y a pas meilleure période pour donner un nouveau souffle à nos projets , vous ne croyez pas?

En attendant , merci d’avoir pris le temps de me lire , merci de continuer à me suivre et je vous souhaite avec un peu de retard , une bonne rentrée à toutes et à tous.

Danse Macabre de Stephen King

mai1

Titre : Danse Macabre

Auteur : Stephen King

Editions : Le livre de Poche

Année de Sortie : 2010

résumé

Ce recueil de nouvelles regorge d’inventions et de violence. Le fantastique et l’horreur surgissent au détour des réalités les plus familières. Ainsi… Quand un tueur à gages rentre de voyage, mission accomplie, et qu’il découvre dans un colis arrivé en son absence des soldats de plomb, il a envie de sourire, non ? Il aurait tort… Quand des camions mènent un train d’enfer sur le parking de votre motel et vous assiègent, n’y a-t-il pas de quoi devenir fou ? Surtout quand on s’aperçoit qu’il s’agit de camions sans chauffeur…

Mon-avis

« Danse Macabre » est un titre qui reflète tellement bien ce recueil de nouvelles puisque Stephen King nous embarque dans une valse endiablée où chaque histoire tels des pas enchaînés dans une sombre perfection nous fait sombrer dans des brumes de cauchemars. Stephen King en véritable maître de cérémonie organisera tout un tas de festivités où folie et peur s’entremêleront pour laisser place au désespoir le plus total. Que ce soit une maison hantée , des rats , des extraterrestres , des maladies dévastatrices, le grand croque mitaine tant redouté , des vampires , des jouets maléfiques , les classiques démons et fantômes , un tueur en série qui sévit avec la complicité de la brume ou encore de simples êtres humains à l’âme noire , il semble que le diable lui-même est tout organisé avec délectation en vue de vous faire flirter avec les limites de votre santé mentale.

Ce recueil de nouvelles fera resurgir vos peurs enfantines ou encore celles plus complexes des adultes tel un inventaire de vos terreurs les plus secrètes , les morts côtoieront les vivants afin de leur rappeler la vaine sécurité que leur apporte la vie. En dehors de créatures bien qu’affreuses sur le papier et dans l’imaginaire dont est si coutumier Stephen King , il n’oublie pas que la peur peut naître aussi du banal comme une terrible maladie qui n’apporterait aucune issue à l’humanité ou encore le fait de traverser une corniche suspendue au 43ème étage d’un immeuble. Chaque nouvelles apporte son lot de terreur plus ou moins crédible qui dépendront surtout de son lecteur.

Le maître de l’horreur nous prouvera encore une fois qui maîtrise avec une sadique perfection le pouvoir de nous faire perdre tout bon sens au profit de son petit plaisir personnel. Je vais maintenant évoquer un petit point qui semble en déranger certains en ce qui concerne ce recueil de nouvelles , j’ai lu pas mal de chroniques où les gens se plaignait du fait que les histoires n’avaient jamais de fin , comme si l’auteur avait abandonné son récit en plein milieu , c’est vrai mais ce qui n’ont pas compris (après chacun son opinion et je ne juge personne) c’est que Stephen King aborde un seul sujet dans ce livre , c’est la peur et il joue avec vous, il vous fait participer à sa manière. Il commence l’histoire et c’est à vous de la finir en allant chercher dans les entrailles de votre possible perversité à voir finir les personnages de l’histoire. Il vous confie ses protagonistes et c’est vous qui en faite ce que vous voulez tel un marionnettiste et comme il le souligne lui-même dans son préface , les gens aiment regarder l’horreur , vous savez , l’accident de voiture… Vous trouvez ça horrible certes mais vous attendez aussi les détails sordides et vous attendez de voir un corps ou du sang sur la route , et c’est sur ce point que King pointe le doigt. Ah la nature humaine , Stephen King la connaît tellement bien. Après ça ne reste que mon point de vue et n’engage bien sûr que moi.

Pour finir , j’ai beaucoup aimé ce petit recueil même si les histoires les plus intéressantes semblent vous attendre dans la dernière partie du livre comme pour vous donner le coup de grâce. Si je devais vous conseiller quelques histoires , ce serait « Cours Jimmy Cours » où les fantômes du passé resurgissent pour finir un boulot déjà commencé presque 20 ans auparavant ; « La Corniche » où vous flirterez avec le vide ; « Désintox Inc » où vous apprendrez à cesser de fumer d’une manière peu orthodoxe mais elle aura au moins l’avantage d’être définitive et enfin « Chambre 312 » qui ne fait pas peur mais qui traite un sujet assez sensible et émouvant.

4 sur 5